:::: MENU ::::

Posts Categorized / Linux

  • Mar 25 / 2014
  • 0
Linux

Download Flash Video Fragmented (F4F/F4M)Télécharger une vidéo Flash fragmentée (F4F/F4M)

Today, for network usage optimization purposes, a lot of videos are streamed and sent to the users as fragmented packets instead of one file. According to Adobe, F4F file is Flash MP4 Video Fragment created and used by Adobe Media Server for HTTP Dynamic streaming like CloudFront, Akamai, … If you want to download this video, you will have to download the script file KSV (download this script on Github) and execute it on a system with php enabled (install PHP on Windows).

Once you’re on the page where video is loading, you have to look for manifest file in source code or network exchanges. This file has F4M extension, correspondig to manifest, which is the file containing the inventory of all the video fragments. It will be necessary for the script execution.

Here is an example of how the command-line should look like (you can modify the quality parameter, and you have to specify the path for manifest file, and output file):

Here are the different options you can use to customize command-line:

All the original sources are available on GitHub : https://github.com/K-S-V/

Aujourd’hui, adin d’optimiser l’utilisation des ressources réseau, beaucoup de vidéos sont diffusées en streaming aux utilisateurs en tant que paquets fragmentés au lieu du chargement d’un fichier complet. Selon Adobe, les fichiers F4F sont des fichiers de format Flash MP4 Video Fragment créés et utilisés par Adobe Media Server pour les diffusions streaming en HTTP Dynamic comme Cloudfront, Akamai, … Si vous souhaitez télécharger cette vidéo, vous devrez récupérer le script KSV (disponible sur Github) et l’exécuter sur un environnement système permettant l’exécution de script PHP (installer PHP sur Windows).

Lorsque vous êtes sur la page où la vidéo est chargée, vous devrez rechercher dans le code source ou dans les échanges réseaux, la présence d’un fichier au format F4M qui correspond au fichier manifeste, recensant l’ensemble des fragments de la vidéo et qui sera nécessaire pour l’exécution du script.

Voici un exemple de ligne de commande que vous pouvez utiliser pour récupérer la vidéo (vous pouvez modifier la qualité, et vous devez indiquer le chemin vers le fichier manifeste, ainsi que le fichier de sortie) :

Voici les différentes options que vous pouvez utiliser pour personnaliser la ligne de commande :

Toutes les sources originales sont disponibles sur GitHub : https://github.com/K-S-V/

  • Mar 18 / 2014
  • 0
Linux

Install VMware Tools on ESXi for Ubuntu GuestInstaller VMware Tools sur un ESXi pour un système invité Ubuntu

If you want to install VMware Tools on ESXi for an Ubuntu Guest, there is two possibilities:

  1. Use the package provided on distribution (but can be not up-to-date and so not approved)
  2. Install directly from official sources provided in vSphere Client (will be automatically recognized)

Use the pre-package distribution

This solution is the easiest way to install tools. You just have to use apt on your guest to install it:

Use the official sources available in vSphere Client

This solution is not as simple as the previous one but is really sure and well-guided.

  1. Connect to your ESXi server using vSphere Client
  2. At this moment, ensure that you have a CDROM hardware available for your VM Guest (in Settings)
  3. Start your VM Guest running Ubuntu
  4. Check that you have already needed packages installed (most of time, they are not installed with a standard configuration):
    • gcc
    • build-essential
    • binutils

    You can use this command line to install them:

  5. You can now connect VMware Tools on your VM Guest using vSphere Client:
    • Right-click on your VM name
    • Select “Guest” > “Install/Upgrade VMware Tools”
    • Wait a few seconds

    This action will automatically (and transparently) mount the VMwre Tools CD into your VM Guest Ubuntu.

  6. Open a console on your VM Guest to mount the CDROM you just connected:

  7. Copy the VMwareTools-x.x.x-xxxxxxx.tar.gz file from the CDROM to a local folder (‘x’ values depend on version used):

  8. Unzip the VMware tools package you just copied:

  9. Go to the new folder created while unzipping file and run the installer script (perl script):

  10. From now, just follow the instructions displayed on the screen to install VMware tools.

Once all of this is done, you will see on vSphere, in VM details, that the vMware Tools are correctly installed.Si vous souhaitez installer les VMware Tools sur un ESXi pour un système invité Ubuntu, il y a deux possibilités :

  1. Utilisez le package fourni par la distribution (mais qui peut ne pas être à jour et donc non approuvé par vSphere)
  2. Installez directement depuis les sources officielles fournies dans vSphere Client (qui sera automatiquement reconnu

Utiliser la version pré-packagée de la distribution

Cette solution est le moyen le plus facile d’installer les VMwareTools. Vous avez juste à utiliser apt sur votre système invité pour les installer :

Utilisez les sources officielles disponibles dans vSphere Client

Cette solution n’est pas aussi simple que la précédente mais est vraiment sûre et bien guidée/détaillée.

  1. Connectez-vous à votre serveur ESXi en utilisant vSphere Client
  2. A ce moment, assurez vous que vous avez un lecteur CDROM disponible sur votre VM invitée (dans les Settings)
  3. Démarrez votre VM invitée sur Ubuntu
  4. Vérifiez que vous avez les packages nécessaires installés (la plupart du temps, ils ne sont pas installés avec une configuration standard) :
    • gcc
    • build-essential
    • binutils

    Vous pouvez utiliser cette ligne de commande pour les installer :

  5. Vous pouvez maintenant connecter VMware Tools à votre VM invitée en utilisant vSphere Client :
    • Faites un clic droit sur le nom de la VM
    • Sélectionnez “Guest” > “Install/Upgrade VMware Tools”
    • Attendez juste quelques secondes

    Cette action va automatiquement (et de manière transparente) monter le CD des VMware Tools sur le système invité.

  6. Ouvrez une console sur le système invité pour monter le CD que vous venez de connecter :

  7. Copiez le fichier VMwareTools-x.x.x-xxxxxxx.tar.gz du CDROM vers un répertoire local (les valeurs ‘x’ dépendent de la version utilisée) :

  8. Décompressez le package VMware tools que vous venez de copier :

  9. Allez dans le dossier créé durant la décompression du fichier et lancez le script d’installation (script perl) :

  10. A partir de là, vous n’avez plus qu’à suivre les instructions affichées à l’écran pour installer les VMware Tools.

Une fois que tout ceci est fait, vous constaterez sur vSphere, dans les détails de la VM, que les VMware Tools ont correctement été installés.

  • Mar 07 / 2014
  • 0
Linux

Handling HTTP errors with Apache and Tomcat using mod_jkRécupérer les erreurs HTTP avec Apache et Tomcat en utilisant mod_jk

When you are working with web server in frontend (Apache in this example) and backend application servers (Tomcat here), you may wish to customize your error pages depending on the HTTP error code returned (either from the web server or application server).

Pre-requisites

For the following example, you will need as pre-requisites at least those versions:

  • Web Server Apache >= 2.2.x
  • Mod JK >= 1.2.27 (rule extensions are not available in earlier versions)

Apache configuration

If you want to handle any error coming from your web server or from your application servers, you will need to perform some changes in your configuration to allow the handling. First of all you will need to set up some parameters in your Apache configuration file (in apache2.conf file directly or in your VirtualHost definitions).

In my example, I am handling any HTTP error code between:

  • HTTP 400 and HTTP 405
  • HTTP 500 and 504

I am using an only file (written in PHP) allowing me to send back a simple HTML page to the user depending on the HTTP error code received.

Here is what I’ve configured in my apache2.conf file for handling any error listed above:

The errorhandler.php file could be like that (feel free to customize it as you want with a beautiful CSS theme, for the example I’ve used a basic configuration ;)):

mod_jk configuration

Once you’re done with the main configuration of Apache, you will have to specify to Apache that you want to handle any HTTP error coming from the application servers. For that, you will have to use the rule extension use_server_errors when mounting an access point to a worker through mod_jk.

By default, for a mounting point you are using:

But if you want to handle any HTTP 40x error coming from this worker, you will have to add the use_server_errors extension to your mounting point:

To handle any HTTP 50x error:

Or another option to handle both errors using just one command:

You are now handling any error received from your application server with your web server allowing you to customize it as you want.

Feel free to read more about this rule extension on the official website.

Lorsque vous travaillez avec un serveur web en frontal (Apache dans cet exemple) et des serveur d’application en backend (ici Tomcat), vous pouvez souhaitez customiser vos pages d’erreur en fonction du code d’erreur HTTP retourné (qu’il provienne du serveur web ou d’un serveur d’application).

Pré-requis

Pour l’exemple suivant, vous aurez besoin au minimum des versions suivantes:

  • Web Server Apache >= 2.2.x
  • Mod JK >= 1.2.27 (les “rule extensions” ne sont pas disponibles dans les versions précédentes)

Configuration Apache

Si vous souhaitez récupérer n’importe quelle erreur provenant de votre serveur web ou de vos serveurs d’application, vous aurez besoin d’effectuer quelques modification dans la configuration pour l’autoriser. Tout d’abord, vous aurez besoin d’éditer certains paramètres dans votre fichier de configuration Apache (dans le fichier apache2.conf directement ou dans vos définitions de VirtualHost).

Dans mon exemple, je récupère tout code d’erreur HTTP entre :

  • HTTP 400 et HTTP 405
  • HTTP 500 et 504

J’utilise uniquement un fichier pour récupérer ces erreurs (écrit en PHP) qui me permet de renvoyer une simple page HTML à l’utilisateur en fonction du code d’erreur reçu.

Ci-dessous, la configuration définie dans le fichier apache2.conf pour récupérer les erreurs listées précédemment :

Le fichier errorhandler.php peut ressembler à cela (mais libre à vous de le customiser selon vos souhaits avec un magnifique thème CSS, pour l’exemple j’ai utilisé une configuration très basique ;)) :

Configuration du mod_jk

Une fois que vous avez fini la configuration principale d’Apache, vous allez devoir spécifier à Apache que vous souhaitez récupérer toute erreur HTTP provenant de vos serveurs d’application. Pour cela, vous allez utiliser l’extension use_server_errors lorsque vous montez un point d’accès avec mod_jk.

Par défaut, pour un point de montage vous utilisez :

Mais si vous souhaitez récupérer toute erreur HTTP 40x provenant de ce worker, vous allez devoir ajouter la directive use_server_errors à votre commande de montage :

Pour récupérer toute erreur HTTP 50x :

Ou encore, si vous souhaitez récupérer l’ensemble de ces précédentes plages d’erreur, vous pouvez utiliser la commande :

Vous récupérez maintenant toute erreur reçue de vos serveurs d’application sur votre serveur web vous permettant leur personnalisation comme vous le souhaitez.

Si vous souhaitez en lire davantage sur ces extensions, n’hésitez pas à visiter le site officiel.

  • Mar 06 / 2014
  • 0
Linux

How to compile and install its own Linux kernelComment compiler et installer son propre noyau Linux

The Linux Kernel is the operating system kernel. It is the core of the system and provide an interface between the hardware and the software layers.

Most of Linux distributions are coming with a pre-compiled and ready-to-use kernel for most of standard usage. However, some functionalities are sometimes missing in the kernel to allow the execution of specific functions or the support of some hardware (cards, …). In these cases, you will need to use the source code of the needed kernel, recompile it and reinstall it to replace the existing one. All the official soruces of the different kernels are available for free on the website kernel.org.

I will show you here how to modify the source code, compile and install your own kernel for your system (command-lines provided are working under Debian/Ubuntu based system, you will probably need to adapt them depending on the system you are running).

Pre-requisites

In a first time, check that you got the different packages necessary for the operation:

Once these packages are correctly installed, you can go on the official website to retrieve the source and the configuration files for the kernel you want to use: http://www.kernel.org. In our example, we will use the kernel on version 3.13.5 (latest stable version available today).

Let’s move to the /usr/src directory and then download the kernel archive that we will uncompress immediately:

Kernel sources are now uncompressed in the /usr/src/linux-3.13.5 folder and we can go ahead with its configuration.

Configuration

Let’s move in the directory you just created and start with the use of command make menuconfig to launch the configuration tool:

At this time, you can activate any feature you want on the kernel. For example:

  • To activate the virtualization and its specific functions, move on Virtualization and then press the Space bar to get access to the different available functionalitiesuis  (that you can activate/deactivate as you want)
  • To activate the modules support, move on Enable loadable module support and choose the modules you want to enable by pressing the Space bar (activated items will be checked)

kernel_01

Once you’re done with this configuration, choose Exit and confirm the save of your configuration. This one will be saved in the current directory under the .config file (that you can manually edit with a simple text editor if necessary).

Compilation

Now that the kernel is configured, you will have to compile it so that it can be used on your system. For that, you will need to execute several commands for the different compilation steps:

  • Dependencies compilation (now useless with latest versions)
  • Kernel image compilation
  • Modules compilation
  • Modules installation

At this time, your kernel has been compiled and is ready to be set up on your system.

Installation

To install your own kernel, you just need to execute the command-line below:

This command will create the following files in the /boot start directory:

  • vmlinuz-3.13.5 : the current kernel
  • config-3.13.5 : the kernel configuration file
  • System.map-3.13.5 : the symbol table exported by the kernel
  • initrd.img-3.13.5 : the root file used temporarily during the boot process

This command should update automatically the Grub configuration file (grub.cfg). You won’t need to perform the update manually.

If it’s not done automatically, you can execute it manually with the command-line below:

Checking

In order to check that your kernel has correctly been loaded and is used, you need to reboot your system. Once restarted, you can check which kernel is used with the uname command:

You are now using your own kernel with the functionalities you wanted.Le noyau de Linux est le noyau du système d’exploitation, il est le coeur du système et permet de fournir une interface avec le matériel pour les couches logicielles.

Une grande majorité des distributions Linux est fournie avec un noyau pre-compilé et prêt à l’emploi pour la plupart des usages standards. Cependant, il manque parfois certaines fonctionnalités au noyau pour permettre l’exécution de certaines fonctions spécifiques ou encore pour le support de certains matériels. Il faut alors utiliser le code source du noyau voulu, le recompiler et le réinstaller pour remplacer celui qui est déjà installé. Toutes les sources officielles de noyau sont disponibles sur le site kernel.org.

Nous allons donc voir ici comment modifier les sources, compiler et installer son propre noyau sur son système (les lignes de commandes fournies sont pour un système basé Debian/Ubuntu, il vous faudra donc les adapter si vous utilisez un autre système).

Pré-requis

Dans un premier temps, il faut vérifier la présence des paquets nécessaires à l’opération :

Une fois ces paquets installés, vous pouvez aller sur le site officiel pour récupérer les sources et les fichiers de configuration du noyau que vous souhaitez utiliser : http://www.kernel.org. Pour notre exemple, nous allons utiliser le noyau en version 3.13.5 (dernière version stable disponible à ce jour).

Nous nous plaçons dans le répertoire /usr/src puis nous téléchargeons l’archive du noyau que nous décompressons immédiatement :

Les sources du noyau sont donc maintenant décompressées dans le dossier /usr/src/linux-3.13.5 et nous pouvons donc passer à sa configuration.

Configuration

On se déplace dans le dossier contenant les sources et nous utilisons la commande make menuconfig pour démarrer la configuration:

Vous pouvez alors à ce moment activer les fonctionnalités que vous souhaitez sur le noyau. Par exemple :

  • Pour activer la virtualisation et ses fonctions spécifiques, déplacez vous sur Virtualization puis appuyez sur la touche Espace pour avoir accès aux différentes possibilités (que vous pouvez activer/désactiver selon vos besoins)
  • Pour activer le support des modules, déplacez-vous sur Enable loadable module support et activez les modules souhaités en utilisant la touche Espace (les éléments activés seront cochés)

kernel_01

Une fois la configuration terminée, choisissez Exit et acceptez la sauvegarde de votre configuration. Celle-ci est enregistrée dans le répertoire courant sous le fichier .config (que vous pouvez éditer manuellement également si nécessaire avec un simple éditeur de texte).

Compilation

Maintenant que le noyau est configuré, il faut le compiler pour qu’il puisse être utilisé sur votre système. Pour cela, il vous faudra exécuter différentes commandes pour les différentes étapes de compilation :

  • Compilation des dépendances (désormais inutile sur les dernières versions)
  • Compilation de l’image du noyau
  • Compilation des modules
  • Installation des modules

A ce moment, votre noyau a été compilé et est prêt à être installé sur votre système.

Installation

Pour installer votre nouveau noyau, il vous suffit d’exécuter la commande suivante :

Cette commande va avoir pour effet de créer les fichiers suivants dans le répertoire de démarrage /boot :

  • vmlinuz-3.13.5 : le noyau actuel
  • config-3.13.5 : le fichier de configuration du noyau
  • System.map-3.13.5 : la table de symboles exportée par le noyau
  • initrd.img-3.13.5 : le fichier racine utilisée temporairement pendant le processus de démarrage

Cette commande doit également mettre à jour automatiquement le fichier de configuration de Grub (grub.cfg), vous n’avez donc pas à le mettre à jour manuellement.

Le cas échéant, vous pouvez exécuter cette mise à jour manuellement avec la commande suivante :

Vérification

Afin de vérifier que votre noyau a bien été chargé, et qu’il est utilisé, vous pouvez redémarrer votre système et effectuer la vérification grâce à la commande uname qui vous permettra de récupérer l’information :

Vous utilisez maintenant votre nouveau noyau avec les fonctionnalités souhaitées activées.

  • Feb 19 / 2014
  • 0
Linux

Create Software RAID under Linux systemCréer un RAID logiciel sous Linux

A hard drive disk is a device with limits (performance, lifetime, …) and a broken disk often leads to a data loss, and sometimes with a loss of data more or less important.
In order to avoid that kind of inconvenience, there are several hardware solutions allowing disk replication, but most of time with a too high cost for a standard use (non professional). Fortunately, there is also a software RAID, which can be set up easily and quickly without any additional hardware (assuming you already own at least 2 hard drive disks) given that it’s working on a software layer between the hardware abstraction layer and the file system.

There are different levels of RAID ; the most common levels are:

  • RAID 0 : the “striping” allows to improve performance by splitting the IO requests on several devices in parallel (2 to n disks)
  • RAID 1 : the “mirroring” allows to write same data on several disks at the same time (to disks)
  • RAID 5 : the “striping and mirroring” allows the combination of RAID 0 and RAID 1 (3 to n disks)

I will present here how to set up a RAID 1 solution (mirroring) but it will be easy to adapt the following steps if you need another RAID level.

RAID 1 setup

For the setting up, ensure you have the mdadm package installed and ready on your system. For Debian/Ubuntu, you can use the following command:

Prepare both disks in Software Raid (type 0xfd) thanks to the fdisk tool:

You can now shrink and erase both disks with zeros thanks to the command below:

Create your RAID 1 (or any level, by changing the level attribute):

Format this new partition in ext4:

Mount your partition you just created:

To get an automatic mounting point after any restart of the system, edit the file /etc/fstab  and add this following line:

You can now check and follow your RAID status, by using following commands:

RAID Monitoring

To ensure the RAID is always working correctly and be informed when a disk is out of order, it is possible to set a monitoring solution thanks to the common tools of mdadm with a mail alert system.

Check that the monitoring settings are correctly defined in the file /etc/mdadm/mdadm.conf with the sender address (MAILFROM) and the receiver address (MAILADDR):

You will need a mail server enabled on your server (postfix, ssmtp, …) and listening on port 25.

To check and test this configuration, ou can easily perform a test by sending a mail report thanks to this command:

To ensure that monitoring is enabled for your RAID devices, just check that the –monitor option is correctly set by performing the following command:

If it’s not, you will have to add the option in the /etc/default/mdadm file (DAEMON_OPTIONS).Un disque dur est un matériel qui a des limites (performances, durée de vie, …) et un disque qui lâche a bien souvent pour impact la perte de données, et parfois la perte d’informations plus ou moins importantes.
Afin d’éviter ce désagrément, il existe de nombreuses solutions matérielles permettant les réplications de disque, mais bien souvent à des prix trop élevés pour un usage standard et non professionnel. Heureusement, il existe également le RAID logiciel, qui peut être mis en place très facilement et rapidement sans matériel supplémentaire (il faudra bien entendu posséder au moins 2 disques) puisqu’il se base sur une couche logicielle entre la couche d’abstraction matérielle et le système de fichiers.

Il existe différents niveaux de RAID ; les niveaux les plus standards sont :

  • RAID 0 : les “volumes agrégés par bande” permettent de répartir les performances en faisant travailler plusieurs disques en parallèle (2 à n disques)
  • RAID 1 : la “réplication des disques” permet d’écrire les mêmes données sur plusieurs disques en même temps (à disques)
  • RAID 5 : le “volume agrégé par bandes à parité répartie” permet de combiner les aspects du RAID 0 et du RAID 1 (3 à n disques)

Je détaillerai ici, la mise en place du RAID 1 (réplication), mais il suffira d’adapter les commandes pour la mise en place d’un RAID d’un autre niveau.

Mise en place du RAID

Pour la mise en place, assurez-vous d’avoir le package mdadm installé sur votre système. Sous Debian/Ubuntu, vous pouvez utiliser la commande suivante :

Préparez vos deux disques en Software Raid (type 0xfd) grâce à l’outil fdisk :

Vous pouvez maintenant écraser les disques avec des zéros grâce à la commande suivante :

Créez votre RAID 1 (ou de tout autre niveau, en changeant l’attribut level) :

Formatez cette nouvelle partition en ext4 :

Montez votre partition tout juste créée :

Pour avoir un montage permanent à tout redémarrage, éditez le fichier /etc/fstab  et ajoutez la ligne suivante:

Vous pouvez maintenant vérifier et suivre le statut de votre RAID, grâce aux commandes suivantes :

Monitoring du RAID

Afin de s’assurer que le RAID est bien fonctionnel et être informé lorsque l’un des disques est défaillant, il est possible de mettre en place une solution de supervision des disques grâce aux outils standards avec un système d’alertes par mail.

Vérifiez que les paramètres de monitoring soient bien définis dans le fichier /etc/mdadm/mdadm.conf pour l’adresse émettrice (MAILFROM) et l’adresse réceptrice (MAILADDR) :

Il vous faudra bien entendu vérifier que vous ayez un serveur mail actif sur votre serveur (postfix, ssmtp,  …) et qui écoute sur le port 25.

Pour tester cette configuration, vous pouvez effectuer un test pour envoyer un rapport par mail grâce à la commande suivante :

Pour vous assurer que le monitoring est bien activé sur vos périphériques RAID, il suffit de vérifier que l’option –monitor est bien activée grâce à la commande suivante :

Si ce n’est pas le cas, il vous faudra ajouter l’option dans le fichier par défaut /etc/default/mdadm (DAEMON_OPTIONS).

  • Feb 12 / 2014
  • 0
Linux

Add a Swap FileAjouter un fichier swap

When you’re running on a Linux System (or any Unix Operating System), it’s common to use a swap to complete and optimize the memory usage on the computer (especially for older ones). There are different ways to do that, you can:

  • Create a swap on a full partition system (most of Linux distribution will allow you to create it when installing the system or later using fdisk commands to create partition and activate it by following the same steps than below from #2)
  • Create a swap file later on any partition and activate it directly using command-line

I will present here the second case: the creation of a swap file (you will need to get root rights to perform most of the following commands).

  1. Create a file with dd command to create a 1024MB empty file (which will be used by swap).

    We are here writing a file of 1024*1024MB=1048576 blocks size with a Read/Write of 1024 bytes at a time.
  2. Now format the file to swap format
  3. Ensure that the rights access are correct on this file (for security purposes)
  4. Now activate swap on your file
  5. To deactivate swap on your file, juste use the following command

You can now check your swap availability by using the top or free -m command.

Right now, you probably want this swap file to be mounted and activated automatically at the system startup to avoid to perform these steps manually each time ? No problem, juste edit the /etc/fstab file and add this following line:


Your system has now a swap file ready to use !Lorsque vous utilisez un système Linux (ou n’importe quel Système d’Exploitation Unix), il est d’usage d’utiliser du swap pour compléter et optimiser l’utilisation de la mémoire sur la machine (surtout pour les machines “vieillissantes”). Pour cela, il y a différents moyens de procéder, vous pouvez :

  • Créer un swap sur une partition système entière (la plupart des distributions Linux vous le proposeront lorsque vous effectuerez l’installation ou vous pouvez toujours le faire plus tard en utilisant les commandes fdisk pour créer la partition, et ensuite l’activer de la même manière qu’expliquée après à partir de l’étape #2)
  • Créer un fichier de swap plus tard sur n’importe quelle partition et l’activer directement en utilisant la ligne de commande

Je vais donc présenter ici le second cas : la création d’un fichier de swap (vous aurez besoin d’avoir les droits root pour la plupart des commandes suivantes).

  1. Créez un fichier avec la commande dd pour créer un fichier vide de 1024MB (qui sera utilisé pour le swap)

    Nous créons ici un fichier de 1024*1024MB=1048576 blocs avec une Lecture/Ecriture de 1024 octets à la fois
  2. Formattez maintenant votre fichier
  3. Assurez-vous que les droits d’accès au fichier soient corrects (pour des raisons de sécurité)
  4. Activez maintenant le swap sur votre fichier
  5. Pour ensuite désactiver le swap sur ce fichier, vous pouvez simplement utiliser la commande suivante

Vous pouvez maintenant vérifier la disponibilité de votre swap en utilisant la commande top ou free -m.

Vous souhaitez certainement que ce fichier de swap soit mounté et activé automatiquement au redémarrage du système afin d’éviter de devoir el faire manuellement à chaque fois ? Pas de problème, éditez simplement le fichier /etc/fstab et ajoutez la ligne suivante :

Votre système a désormais un fichier de swap prêt à être utilisé !

Question ? Contact